Le monde selon Jules Verne

Petit tour d’horizon de l’exposition Le monde de Jules Verne, à la Saline Royale d’Arc-et-Senans. En quelques pas et salles, vous accompagnez Jules Verne dans ses tribulations autour du monde, dans une scénographie moderne et attrayante au coeur d’un bâtiment à l’architecture majestueuse (la Maison du Directeur de la Saline). Une exposition pour les petits comme pour les grands rêveurs !

©my&.com

Jules Verne en fait tout le monde connait sans connaitre. « Le tour du monde en 80 jours », « Michel Strogoff », « 20000 lieues sous les mers », « Deux ans de vacances », on en a tous entendu parler, lu ou vu une adaptation… Eh bien, cette exposition nous donne les clés de compréhension de tout l’univers de Jules Verne en quelques dates, illustrations, maquettes, objets, livres ou jeux. C’est simple, efficace… bien fait !

À mi-chemin entre science-fiction et réalité, l’imaginatif Jules Verne du 19e s. côtoie les grands inventeurs, créateurs à l’aube du 20e s. S’inspirant de documents scientifiques et géographiques, il échange avec eux pour en tirer des récits au plus près du réel… Jules Verne devient l’auteur le plus lu et traduit au monde. Lire Jules Verne, c’est donc faire le tour du monde sans quitter son chez soi !

Un Nantais qui en a inspiré d’autres !

Quand on visite cette exposition, de petits détails viennent nous titiller les yeux et la mémoire… En découvrant les dessins imaginés par J.P. Bouvet (voir le lien en bas) inspirés des récits de Jules Verne, d’un coup tout devient limpide, et tout nous ramène à notre visite des Machines de Nantes de l’été dernier (voir le lien en bas). Jules Verne le nantais, inspire donc des géotrouvetouts du 20e s. et, ceux-là arrivent à mettre en 3D de drôles d’idées des Années folles ! La boucle est bouclée ! Belles découvertes !


Plus d’informations
Le site de la Saline d’Arc-et-Senans
Les dessins de JP Bouvet

Découvrir l’éléphant de Nantes par myesperluette (Été 2018)

Le monde selon Jules Verne par my&.com – Visite le 6 août 2019 – Tous droits réservés sur les textes et les photographies.

Flower Power, festival peace’n green !

Découverte du festival Flower Power, 19e festival des Jardins de la Saline Royale d’Arc-et-Senans. Entre symboles du mouvement qui prône le retour à la nature et la paix, cette balade verte est chaleureuse et pleine de surprises !

See me feel me©my&.com

La Saline Royale d’Arc-et-Senans, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, présente dans son enceinte un très joli festival de jardins. Des parcelles sont proposées à la créativité de jeunes étudiants en paysagisme des Régions Bourgogne-Franche Comté et Grand Est. C’est ainsi l’occasion de découvrir l’univers de chacune des équipes à qui ont été confié les espaces et leurs digressions autour d’un thème annuel. Cette année « Les 50 ans de Woodstock »… ou comment des jeunes du 21e siècle se projettent dans cet évènement iconique du siècle dernier ! C’est foisonnant d’idées et de belles réalisations !

Voici une petite galerie de jardins entre psychédélisme, musique, méditation, peace’n love ! À Chacun son Woodstock !

Notre préférence ira à Grip’n Flowers qui rend hommage à Jimmy Hendrick et s’intéresse à la guerre du Vietnam. Un travail en couleurs, palettes, musique et peintures… Un mix’n match très réussi qui touche juste entre ombre et lumière, noirceur et couleurs…


Plus d’informations
Le site de la Saline d’Arc-et-Senans

Découvrir un autre festival de Jardins visité par myesperluette
Le 28e Festival de Chaumont-sur-Loire (Édition 2019)

Flower Power, festival peace’n green (Arc-et-Senans) par my&.com – Tous droits réservés sur les textes et les photographies – Visite le 7 aôut 2019.

Une journée à Lyon

En seulement une petite journée, il est possible de découvrir le Vieux Lyon, ses traboules, ses bouchons lyonnais, de bonnes adresses, un musée original, les berges de la Saône, Notre-Dame-de-Fourvière et un beau panorama sur la ville ! On se dira alors, qu’il y a encore pleins de choses à voir, mais que cette première journée permet de prendre le pouls de Lyon et de prendre l’air en famille !

  • Après avoir lu tous mes bons conseils, vous aurez ainsi marché près de 6 km et gravi … 22 étages !
Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ©my&.com

Un musée original

Le Musée Miniatures et Cinéma

Si l’on veut faire une journée historico-culturelle, il n’est peut-être pas le plus « lyonnais » des musées mais, avec des enfants, c’est une belle idée !
Le bâtiment – historique, lui ! (l’Ancienne Maison des Avocats) – situé rue Saint-Jean dans le quartier piétonnier du Vieux Lyon est un très bel écrin pour l’ensemble des collections constituées. Des caves voûtées au 4ème étage, décors de cinéma (ceux du film « Le parfum » – une vraie belle idée de scénographie et d’utilisation des caves du bâtiment –), costumes de super-héros (Spiderman, Gyzmo, Ewoks – plaisir de l’enfant des années 80 que je suis ! -), accessoires originaux (la baguette magique de Harry Potter ou l’overboard de Marty Mcfly !) se laissent découvrir.

Dans les derniers étages, une collection étonnante de scènes miniatures d’une rare qualité nous est proposée. Tout est dans le détail, dans le choix de l’éclairage, ou de l’ambiance (la piscine, la prison de Lyon…). Elles sont étonnantes de réalisme, une prouesse artisanale qui nécessite pour certaines entre 6 à 15 mois de travail.
Durée de la visite 1h30 environ.

L’exposition temporaire actuelle (jusqu’à mai 2019)la vraie raison de ma virée lyonnaise – est consacrée à l’univers des deux réalisateurs Caro/Jeunet (Réalisateurs de Délicatessen, d’Amélie Poulain, d’Un long dimanche de fiançailles… ). Storyboards, photographies de plateaux, costumes, making-of nous replongent dans chacun des univers des films.

Mention spéciale bien évidemment à Amélie Poulain. Ça fait du bien d’avoir à portée de mains (mais on ne touche pas bien sûr !) le nain d’Amélie et ses Polaroïds de voyages, le livre de portraits photomatons, les tableaux de la chambre d’Amélie, les costumes d’Audrey Tautou et Nino Quincampois- Matthieu Kassovitz
www.museeminiatureetcinema.fr
60 rue Saint-Jean
69005 Lyon

Traboule lyonnaise ©my&.com

Le Vieux Lyon

Un parcours dans le coeur historique de Lyon

Les touristes se pressent dans ces petites rues. Si l’on pousse certaines veilles portes bien lourdes, on peut découvrir les fameuses traboules de la ville, ses petites ruelles « cachées » qui permettent le passage entre deux immeubles et qui donnent sur de belles cours intérieures exiguës. Vous pouvez passer des heures en famille à chercher tous ces trésors disséminés en quelques rues !

L’histoire de Lyon trouve son essence dans ce 5è arrondissement. Ses rues sont pavées, ses façades agrémentées de bestiaires en pierre, d’enseignes en vitraux, de vestiges d’églises romanes. De la vieille pierre en veux-tu en voilà qui vous replonge quelques siècles en arrière, le tout sous le regard de l’archange de Fourvière.

La cathédrale Saint-Jean

Cette cathédrale trouve sa place entre les bords de Saône et la colline de Fourvière. Par grand soleil, à l’intérieur, le camaieu de roses des vitraux du transept donne une ambiance acidulée aux voûtes et hauteurs de cette église. Tout autour, les vestiges antiques sont la trace de ces siècles d’histoires que Lyon a traversés.

Des bouchons lyonnais

Je n’en ai pas testé – honte à moi, je sais – mais il y en a, il y en a, il y en a… Et en hiver, certains servent vin chaud et crêpes en extérieur à toute heure. Ces restaurants traditionnels sont l’âme de la gastronomie locale et l’image d’Epinal lyonnaise… Guignol et ses comparses sont en bonne place dans les devantures… Nappes à carreaux et vitrines rouge sang donnent le ton ! On en testera un la prochaine fois, c’est sûr !

Montée des marches ©my&.com

La Basilique, panorama unique !

Par beau temps, une balade s’impose : la montée à pied à la Basilique depuis la rue du Boeuf… en 30 min grosso modo… en fonction de votre capacité pulmonaire et du nombre de marches d’escaliers (c’est là qu’il faut repenser aux 22 étages en début d’article… Le retour est plus rapide ! et moins épuisant ).
Vous partez donc à l’assaut d’une centaine de marches – on dirait qu’il y en a des centaines – puis du chemin piétonnier à flan de colline au milieu d’un parc arboré. À chaque pause – qui s’impose ! je vous le garantis – vous regardez le panorama et petit-à-petit Lyon se dévoile sous vos yeux à perte de vue. Par beau temps – et même s’il pleut, j’imagine ! – cela vaut le coup d’oeil !
À l’aplomb de la Basilique, on admire son imposante avancée, ces trois tours, et la blancheur des pierres qui au soleil nous font plisser des yeux !
Sur l’esplanade, on prend le temps de contempler le panorama – on l’a bien mérité ! – et à nos côtés, on entend touristes de tous horizons et étudiants, guides touristiques pour parents, vendre « leur » ville. Et, à les entendre, ces jeunes-là ont l’air ravis !

Intérieur de la Basilique de Fourvière ©my&.com

Notre-Dame de Fourvière

À L’intérieur
La visite vaut le coup d’oeil ! Dans des tons de bleu, de vert et d’or, tout est resplendissant et imposant. Vous franchissez le portail et vous ne pouvez que lancer un « wahou »… Jeanne d’Arc, les Croisades, la statue de Marie et l’enfant au centre du choeur, c’est somptueux et raffiné. Les enfants sont assez scotchés par la représentation des scènes, toutes en mosaïques, longues de plusieurs mètres. Un imagier géant en somme qui permet aux enfants de comprendre l’histoire de la Chrétienté.

La Basilique, tout comme Lyon, reste marquée par la visite du pape Jean-Paul II en 1986. Une statue sur le parvis et des textes ici et là marquent la trace de sa venue.

Visite à ne pas manquer.
www.fourviere.org/fr

Berges de la Saône et bonnes adresses ©my&.com

Les quais de Saône

Et au moment de reprendre la route, on rejoint les quais de Saône, on passe donc en revue les façades colorées en camaïeu de jaune, ocre, vermillon et l’imposant Palais de Justice qui au soleil couchant donnent un cachet étonnant à ce quartier.
On admire les ponts et passerelles qui enjambent la rivière – pas le fleuve ! C’est le Rhône son cousin qui peut s’enorgueillir de ce titre ! – les terrasses sont pleines d’étudiants qui discutent et de familles assises en bord de quais… Il semble qu’il fasse bon vivre à Lyon.

Des bonnes adresses gourmandes

Tout au long de notre petit périple, nous avons fait des stop-and-go dans quelques bonnes adresses sucrées installées dans ce quadrilatère touristique.

Ambassade Bonnat et Crozet

J’aime bien cette idée d’Ambassade… Nous savons ainsi que nous ne sommes pas dans la boutique originelle mais dans un lieu où l’on retrouvera l’âme de la Maison. Une charmante vendeuse vous guide sur le chemin du choix de votre destination de dégustation ; pour moi Haïti en noir, Indonésie pour le chocolat au lait, et chocolat noir praliné noisette pour la gourmandise…
www.ambassade-bonnat-crozet.fr
12, rue du Boeuf
69005 LYON


Pralus et sa praluline

On nous raconte une histoire telle la tarte tatin, le roannais M. Pralus, jette par erreur une poignée de pralines dans de la pâte à brioche. Pour éviter qu’elle ne soit perdue, il la fait cuire et hop! miracle, la brioche aux pralines est inventée… Et la Praluline déposée !
Un bon dosage brioche-pralines concassées, une très belle qualité, de là à dire exceptionnel… pour ma part non. Mais ce n’est que mon avis !
www.chocolats-pralus.com
27 rue Saint-Jean 
69005 LYON


À la Marquise pâtisserie

On y court pour sa tarte à la praline et sa meringue… à la praline ! of course ! Vraiment les deux sont un délice. La meringue rosée se déguste en quelques minutes et la tarte à la praline (prix au poids) pourrait se dévorer en un seul goûter ! Mais, si on arrive à se retenir, on peut l’avoir en bouche quelques jours à la maison… À l’intérieur, vous pouvez vous installer dans un joli salon de thé et déguster sur place.
https://alamarquise.fr
Maison du Chamarier
37 rue St Jean 69005 LYON



Garez vous parking Saint-Jean, sur le quai à deux pas de ces points de vue.
(16€ de 11h à 18h)

Une journée à Lyon par my&.comTous droits réservés sur les textes et les photographies.